Arras, au coeur de la Région Hauts-de-France !

Vous êtes ici

-A +A

Expressions

Les tribunes politiques des Elus du Conseil Municipal

Novembre 2016

< La Majorité Municipale
Rendre les arrageois acteurs de leur ville
"Le présent et l’avenir d’une ville ne peuvent s’imaginer ni se décider sans l’avis de ses habitants. Ceux-ci vivent leur quartier et leur ville au quotidien. Ils savent ce qui marche et ce qui ne marche pas, ils connaissent leurs besoins et ils ont des idées pour améliorer les choses. Leur regard est précieux.
C’est un fait que les Français accordent aujourd’hui une grande importance aux institutions qui régissent leur vie en commun, mais que ces institutions sont aujourd’hui à la peine. Pour leur redonner du sens et redonner confiance aux Français, il est nécessaire de retisser les liens de proximité et de solidarité, afin de faire renaître un idéal collectif dont les citoyens seraient les premiers acteurs.
C’est pourquoi la participation citoyenne tient une place de choix dans notre projet pour Arras et qu’avec toute l’équipe municipale, nous avons fait de la place de l’habitant dans la vie locale un pilier de notre mandat, aux côtés de la réussite éducative et de l’attractivité du territoire.
Chaque jour nous oeuvrons pour renforcer encore davantage cette démocratie participative en essayant d’offrir aux Arrageois des espaces et des outils au travers desquels ils pourront s’exprimer et partager leurs idées.
Réunions de quartier, concertations avec les riverains, comités d’usagers, Conseil des Jeunes, comités des fêtes, fonds de travaux urbains, fonds de participation des habitants, conseils citoyens, centres sociaux… Autant d’instances ouvertes aux Arrageois, auxquelles est venu s’ajouter depuis le 29 octobre le comité Arras Synergie Citoyenne, qui regroupe tous les acteurs de la participation arrageoise, services municipaux, associations (Bleu Blanc Zèbre, le Collectif 11, le Comité des Sages et Médaillés, Arras Forum des Associations …) et habitants volontaires, afin de faciliter les rencontres et les échanges entre ceux qui font bouger la ville.
2017 verra également la mise en place du premier budget participatif arrageois, une enveloppe dédiée à concrétiser les projets que vous aurez proposés. Une nouvelle preuve de notre volonté de rendre les Arrageois plus que jamais acteurs de leur ville."

La Majorité Municipale


< Le Peuple Citoyen
La culture oui mais.
"Début septembre, on a inauguré avec plaisir le nouveau Conservatoire à Rayonnement Départemental au sein de l’hospice Saint-Pierre. Ce nouveau haut lieu de la Culture à Arras accueille 770 élèves de tout âge et de tout niveau, et l’enseignement de trois disciplines (musique, danse, art dramatique). Le Conservatoire d’Arras est tout simplement le plus grand établissement de ce type dans le Pas-de-Calais. Et, il faut le dire, c’est une réussite. Bien sûr « l’accouchement » ne fut pas facile – « Deux années, quelques mérules et 13,2 millions d’euros
après » comme le citait Nord Eclair ; mais il n’y a aucun doute, c’est un équipement qui contribuera au développement de la Culture à Arras pour le bonheur des petits comme des plus grands.
Et la Culture, il faut dire que c’est un poste de financement important pour la ville. Nous y sommes tout à fait favorables, c’est pourquoi nous avions notamment voté le dernier budget municipal. D’ailleurs André Malraux disait « La culture ne s’hérite pas, elle se conquiert. » et nous avons cette chance à Arras.
Pour autant cela ne veut pas dire qu’il faille dépenser sans compter. Nous devons rester exigeant sur la programmation dans une maitrise constante des dépenses notamment dans une période où l’économie nationale comme locale est mal en point et génère ici et là tensions et souffrances. C’est dans cet esprit d’ailleurs que nous nous sommes abstenus concernant la délibération sur la future exposition « Napoléon à Versailles, de la Révolution à la Légende » dont le budget global pour la ville d’Arras s’élèvera à 1 974 785€. Ce n’est pas le sujet qui est en cause, nous sommes favorables au projet et à ce qui permet de développer l’attractivité de la Ville, mais nous pensons qu’il y a matière à réaliser cette exposition avec un périmètre financier plus restreint (et ce même s’il y aura quelques recettes et subventions régionales). Cela redonnerait notamment de nouvelles marges de manoeuvre pour financer nos associations (dont certaines se battent pour survivre !) qui ont toujours été et qui restent le poumon culturel d’Arras !"
Martine Schaeffer et Grégory Bécue, le PEUPLE CITOYEN


< Arras en Grand, Arras Ensemble
Prendre en compte la mixité sociale et l’embellissement des écoles d’Arras
"Le Conseil municipal vient de voter son Plan éducatif territorial, en quelque sorte une délibération permettant de cadrer l’action de la commune sur ce sujet. Nous sommes intervenus pour que soient pris en compte deux objectifs d’intérêt général.
La mixité sociale :
Un rapport du ministère de l’éducation nationale vient de rappeler encore que notre système scolaire est celui qui reproduit le plus les inégalités. Or notre ville est marquée par d’importants écarts de niveau de vie entre les quartiers : cela ne doit pas être négligé. Bien sûr, l’éducation prioritaire doit le rester, mais sans oublier que les élèves en difficulté peuvent se trouver aussi ailleurs. La recherche de la mixité sociale permet justement, en mélangeant les origines, de permettre aux élèves pour lesquels la réussite est plus aisée d’avancer tout en permettant à ceux pour lesquels la réussite est moins accessible de progresser ensemble. A notre demande un groupe de travail va être créé.
L’embellissement des écoles :
Alors qu’un très bel ensemble scolaire va être construit au Val de Scarpe, nous ne voudrions pas que l’impression que l’on habille Pierre en déshabillant Paul. Un environnement agréable, une école où les enfants sont heureux d’aller sont aussi des conditions importantes de la réussite de tous. A notre demande nous en saurons plus sur l’état des écoles et la façon dont les travaux peuvent être planifiés dans un but de justice et de bien-être des élèves.
Alors que certains se servent des tribunes d’opposition municipale pour faire de l’esbroufe en exploitant les misères de ce monde, nous préférons rendre compte ici du sens de notre action en faveur de l’intérêt général à Arras."
Karine Boissou, Antoine Détourné, Hélène Flautre


< Rassemblement Bleu Marine
M. Leturque nous impose la présence de migrants-clandestins à Arras !
"Dans le contexte du démantèlement de la jungle de Calais ainsi que de l’accueil par la France de près de 30 000 migrants sur deux ans consécutivement au plan de relocalisation décidé par la Commission européenne, le ministère de l’Intérieur impose un schéma visant à disséminer 12 000 migrants dans toutes les régions de France. Déjà, des villages ont été sélectionnés par les préfectures sans aucune concertation préalable avec les populations locales concernées.
A Arras, M. Leturque a commencé à accueillir des migrants sans consulter les habitants.
Lors du Conseil municipal du 3 octobre dernier, notre groupe « Rassemblement Bleu Marine pour Arras » a déposé une motion « Ma commune sans migrants » permettant de marquer
clairement l’opposition de notre commune à l’accueil de migrants- clandestins et créer un rapport de force avec les politiques décidées par le gouvernement socialiste.
Sans surprise, cette motion fut rejetée par les autres groupes au Conseil municipal.
LR, UDI, PS, Verts : même combat. Ils ont rejeté cette motion en jouant sur l’émotion : ne pas accepter d’accueillir ces migrants signifierait que nous sommes ignobles et sans coeur... Parmi toutes ces attaques, aucun argument concret, aucune solution pour nos compatriotes. Il s’agit d’une attitude uniquement compassionnelle faisant penser au monde des Bisounours.
Nous dénonçons cette attitude voulant culpabiliser les Français s’ils n’acceptent pas d’accueillir des migrants. Rappelons que ces derniers sont pour la plupart de jeunes hommes venant en France pour des raisons économiques.
Seul le Front National fait de la Politique en pensant avant tout à l’intérêt des Français !
Nous redemandons au Maire d’Arras de :
. s’opposer au plan d’accueil des migrants-clandestins et donc de ne plus en accueillir, afin d’éviter tout appel d’air incitant à la venue d’autres migrants ;
. ne verser aucune subvention aux associations promouvant l’immigration massive ou l’accueil de migrants en situation irrégulière ;
. consulter les Arrageois sur leur souhait ou non de voir des migrants s’installer dans leur commune."
Alban Heusèle et Thierry Ducroux


Les Citoyens s’engagent
Maitrisons l’immigration et reconcilions les Français
"Que l’on se tourne de n’importe quel côté, on ne voit que misère, ordre bafoué, chaos, désordre, délinquance ! La faute à qui ? Qui va en subir les conséquences ? Et quelles suites à ces événements ?
A Arras, allons-nous accueillir des hommes partis de chez eux pour un avenir meilleur ? Notre coeur nous le demande. Mais comme partout en France, nous avons peur et n’acceptons plus cette arrivée massive qui constitue, désormais, une menace pour notre sécurité et un risque pour l’unité de notre pays. Pourquoi ?
Parce que nous ne voulons pas devenir un Calais BIS. Bien sûr, nous sommes solidaires avec les Calaisiens, cela fait combien d’années que cela dure ? Et que ce soit ce gouvernement ou le précédent, c’est le même refrain, c’est-à-dire RIEN ou plutôt, on déplace le problème ! Et toujours à grands coups de millions d’euros dépensés et pour quel résultat ?
Ce laxisme d’Etat est d’abord le fait de notre politique du droit d’asile. Ces sept dernières années, le nombre de demandeurs d’asile a doublé. Parmi eux, une petite minorité se voit attribuer un droit d’asile mais des dizaines de milliers de déboutés ne sont pas expulsés et restent en France malgré tout, dans l’illégalité totale.
L’asile est un droit, il ne peut être détourné pour rester illégalement en France. Depuis 2 quinquennats, les gouvernants montent les Français les uns contre les autres. Pourquoi ? Parce que « diviser, c’est mieux régner » ? ?
Nos concitoyens n’ont pas à subir la faiblesse et la lâcheté de nos dirigeants et nos élus locaux devraient être plus fermes face à ces décisions beaucoup trop laxistes."
Véronique Loir

 

Septembre 2016

 

< La Majorité Municipale
Oui la vie continue !
" L’été à Arras aura une nouvelle fois été ensoleillé et festif, ponctué de ses traditionnels rendez-vous – le dispositif de piétonisation « Rendez-vous sur la Place », Arras on the Beach, le feu d’artifice du 14 juillet, Histoire(s) de bals, la Fête des Grandes Prairies, les Puces à Bidasse, les courses pédestres, la Fête de l’Andouillette, l’Embrasement du Beffroi… – et de quelques nouveautés, marché artisanal, animations bien-être, Pokemon Day ou R’Andouillette.
Alors que le contexte national inclinait dans l’autre sens, à Arras nous avons fait le choix, réfléchi et assumé, de maintenir l’ensemble de nos festivités estivales.
Tout maintenir à tout prix ou tout annuler par défaut, telle n’était pas la question. Nous n’aurions évidemment eu aucun état d’âme à annuler une manifestation si nous n’avions pas été en mesure de vous offrir un cadre de sécurité suffisant. Certes, le « risque zéro » n’existe pas. Mais il peut être anticipé, et maîtrisé. La collaboration étroite entre les services de la Ville, de la CUA, les forces de l’ordre, les services de secours et la Préfecture a été exemplaire sur ce sujet durant tout l’été.
Nous tenions à remercier chaleureusement chacun d’entre eux, ainsi que l’ensemble des équipes techniques et de police municipale de la ville, qui ont été à pied d’oeuvre deux mois durant pour vous offrir de la joie et des sourires.
La rentrée des classes a été placée sous la même volonté d’offrir aux enfants et aux personnels les meilleures conditions d’accueil et de sécurité possibles. Une attention particulière a été portée à la sécurisation des établissements scolaires et de petite enfance et leurs abords, à l’aide de dispositifs matériels venant compléter notre organisation humaine de proximité.
Oui la vie continue et doit continuer !
Simplement, nous devons prendre aujourd’hui conscience collectivement qu’elle ne peut plus être seulement insouciante. Sécurité et vigilance sont désormais des préoccupations que nous devons intégrer au quotidien et qui doivent être partagées par tous.
C’est ainsi que nous continuerons à faire d’Arras une ville humaine et sûre, où il fait bon venir, où il fait bon vivre."
La Majorité Municipale

 

> Le Peuple Citoyen
Quand l'arbre de la rentrée cache la forêt de difficultés !
"Difficile de commencer cette tribune sans avoir une pensée émue pour les victimes des attentats qui ont de nouveau frappé la France cet été. On pense à eux et à leurs familles.
Pour parler de choses plus légères mais pas moins sérieuses, vous aurez noté que le centre ville d’Arras est passé en zone 30. On lit les commentaires sur les réseaux sociaux ; on mesure bien que c’est une décision qui ne fait pas plaisir à tout le monde… et pourtant c’est une « délibération » tellement importante - que nous soutenons à 100%.
Quant on sait qu’on divise par 9 le risque de décès d’un piéton lors d’un choc à 30km/h plutôt qu’à 50 ça donne tout de suite envie de lever le pied… Et puis au-delà de la diminution des risques d’accidents, la zone 30 permet la réduction des nuisances sonores tout comme la pollution atmosphérique. La rue est un endroit de partage et de cohabitation, soutenons cette démarche !
Mais pour autant, tout n’est pas rose à Arras ! C’est vrai qu’à lire les articles sur la visite de la Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche on pourrait y croire … Il faut dire que M. Leturque a bien choisi l’école à visiter … Oscar Cléret est, à bien des titres, un modèle. La ville profite de cet éclairage (et aussi nos élus et Ministre ;-)) mais n’était-ce pas l’occasion de zoomer et de travailler sur les difficultés que vivent au quotidien bon nombre de nos écoles de quartier ? A l’ouest comme au sud par exemple ?"
Martine Schaeffer et Grégory Bécue, le PEUPLE CITOYEN

 

> Arras en Grand, Arras ensemble
Vitesse en ville : ne pas accélérer, mais bien changer de braquet !
" Annoncé au coeur de l’été, le passage de l’essentiel du centre-ville en zone 30 est une bonne nouvelle… si nous n’en restons pas là !
Depuis longtemps, nous avons demandé à ce que la place de la voiture à Arras soit reconsidérée. Enfin les choses bougent : surtout pour des raisons de sécurité en ce qui concerne la zone 30 ; surtout pour mieux valoriser notre patrimoine en ce qui concerne la piétonisation de la place des Héros l’été.
Une ville plus « lente » n’est pas forcément une ville plus engorgée. Mais c’est souvent une ville plus agréable car plus appréciable pour tous. C’est donc à un changement de braquet que nous appelons pour tout Arras, ville-centre de notre agglomération, et ce alors que le plan de déplacement de la ville doit être revu de fond en comble. Voici les questions que nous appelons à trancher dans les prochains mois :
Pourquoi les habitants des quartiers-ouest et sud n’auraient pas le
droit de bénéficier de la zone 30 ?
Comment apaiser la circulation sur l’avenue Churchill ?
Comment sécuriser le boulevard de Strasbourg et ses prolongements ?
Combien de temps encore la grand’ Place va-t-elle être enlaidie par le stationnement alors qu’elle abrite un parking souterrain jamais rempli ?
Bien sûr, tout cela mérite des réponses complexes qui doivent associer les habitants, mobiliser de nouveaux de transports (comme ma citadine, devenue électrique) et bien sûr ne pas pénaliser l’activité économique. C’est pourquoi nous demandons que ce travail commence dès maintenant. Une ville moins stressante et plus apaisée, voilà ce que nous souhaitons aux Arrageoises et aux Arrageois, et tout particulièrement aux plus jeunes… car c’est aussi une des conditions d’une rentrée réussie !"
Karine Boissou, Antoine Détourné, Hélène Flautre

 

> Rassemblement Bleu Marine
Stop aux associations politisées
" Les collectivités accordent des subventions à de nombreuses associations. Ces dernières sont nécessaires pour pallier les manquements des politiques publiques et maintenir le lien social entre les habitants.
Notre groupe soutient les associations oeuvrant pour le bienêtre des habitants. Mais nous avons toujours dénoncé toute dérive clientéliste, toute politisation des associations. Celles-ci sont subventionnées par les collectivités, et donc par l’ensemble des contribuables, toutes tendances politiques confondues. Un groupement se disant être une association ne devrait pas
prendre position pour ou contre tel ou tel parti politique.
C’est dans cet esprit d’éthique que nous nous opposons au financement de toute association violant ce devoir de neutralité. Arras n’échappe pas à cette dérive. La Majorité soutient notamment l’association AWA (Arras West Association) qui oeuvre dans les quartiers ouest. Nous sommes sensibles à l’aide que cette association pourrait apporter aux habitants. Mais il est de notre devoir d’élus de rappeler certains de leurs responsables à plus de retenue. Il suffit de visiter leur page Facebook pour y lire des prises de positions politiques : (orthographe utilisée sur cette
page Facebook) :
Le 10 décembre 2015 lors des dernières élections régionales : « Le seul remède VOTER contre cette bande de nulle, qui représente plutôt le Front Nul ».
Lors de la polémique sur le nouveau nom d’un terrain de foot, le 5 juillet 2016 : « Le FN disjoncte » ; « Si vos intervention lors des conseils municipaux (visant les élus FN à Arras) sont aussi triste que celle ci vos mieux ne pas participer ». Le groupe FN demande à Monsieur le Maire de veiller scrupuleusement à la neutralité totale et entière de toute association.
Le groupe FN demande aussi que les impôts des Arrageois ne servent pas à financer des aides destinées aux migrants clandestins à Calais : sur le site facebook Awa Asso :
Le 10 juillet 2016 : « Merci à toutes la jeunesse du quartier ouest qui ont participé par leurs don et leurs investissement. Merci à la ville d’Arras pour la mise a disposition du transport ».
Sans commentaire..."
Alban Heusèle et Thierry Ducroux

 

> Les Citoyens s'engagent
Au nom de tous les élèves
"Je souhaite, à tous les élèves, une très bonne rentrée des classes mais la visite, de quelque ministre que ce soit, pourrait-elle réussir à nous laisser croire que tout va bien dans notre pays en matière d’Education Nationale et dans notre CHERE ville d’Arras en matière de TAP ?
C’est certain, la ville n’a pas hésité à plonger dans la mise en place de cette réforme des écoles. Elle ne savait pas en quoi consistaient ces temps périscolaires mais il fallait « rayonner », se mettre en avant, plaire au gouvernement en place, se faire remarquer.
Et la municipalité s’est engouffrée dans ce dispositif qui n’est pas à la hauteur de ce qu’on veut bien nous dire et nous laisser croire. Que peuvent faire les enfants en 20/25 minutes de
TAP ? Les intervenants sont-ils tous aussi bien formés que ce qu’on nous laisse entendre ? Et j’en reviens encore et toujours à mon leitmotiv, combien ça coûte aux contribuables et pour quels résultats ? On nous dit 600 000 euros par an . . .
L’Hôtel de Ville a disjoncté lors de l’embrasement du 3 septembre, je crois qu’il n’est pas le seul . . ."

Véronique Loir

 

contact

Contactez-nous

Une question, remarque, ou suggestion ?
Ecrivez-nous !

Envoyez-nous un message

Mairie d'Arras

Place Guy Mollet
BP 70913 - 62022 ARRAS Cedex

Tél : 03 21 50 50 50
Fax : 03 21 50 50 00

Du lundi au vendredi :
8h-12h et 13h-17h
(16h le vendredi)

Samedi : 9h-12 h
(service Etat-Civil/Elections)

Allo Mairie
Votre Mairie joignable
7J/7 - 24H/24

Renseignements, démarches administratives, propreté, voirie, éclairage public, incivilités, dégraffitage…

 

Permanence en ligne du maire

Mercredi 01 février 2017 -
18h30 - 20h30
la permanence est FERMÉE